Le 11 mars 2015

Madame Christine Lagarde, Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a fait aujourd’hui à Berlin la déclaration ci-après :

«J’ai le plaisir d’annoncer que le Conseil d’administration du FMI a approuvé aujourd’hui un accord élargi au titre du mécanisme élargi de crédit (MEDC) d’un montant de 12,348 milliards de DTS (environ 17,5 milliards de dollars et 15,5 milliards d’euros) en faveur de l’Ukraine, sur la base d’un vaste programme de réforme économique soutenu par le FMI et par d’autres bailleurs de fonds de la communauté internationale. En s’appuyant sur les mesures prises dans le cadre de l’accord de confirmation précédent, ce nouvel accord élargi de quatre ans concourra à la stabilisation économique immédiate de l’Ukraine et soutiendra l’application d’un vaste ensemble de réformes de fond visant à rétablir une croissance économique vigoureuse à moyen terme et à améliorer les conditions de vie de la population ukrainienne.

«La conversion de l’accord de confirmation avec le FMI en accord élargi au titre du MEDC, qui est justifiée par la persistance des besoins de balance de paiements de l’Ukraine, fera bénéficier le pays d’un financement plus élevé, de délais plus longs, d’une plus grande flexibilité et de meilleures conditions de financement. D’autres financements bilatéraux et multilatéraux sont aussi mis à la disposition du pays pour soutenir les réformes. En outre, le gouvernement ukrainien a aussi pris des dispositions pour engager des consultations avec les détenteurs de la dette de son secteur public afin d’en améliorer la viabilité à moyen terme.

«Les autorités ukrainiennes continuent à faire preuve d’une ferme volonté de réforme. Elles ont préservé la discipline budgétaire dans des conditions très difficiles, laissé le taux de change s’ajuster et relevé les prix de détail du gaz pour les utilisateurs finals. Un grand nombre des principales mesures du nouveau programme sont concentrées en début de période — notamment de nouvelles hausses sensibles des tarifs de l’énergie, la restructuration des banques, des réformes de gouvernance au sein des entreprises d’État et des changements législatifs pour combattre la corruption et renforcer la primauté du droit.

«Pour amortir l’impact de l’ajustement, en particulier sur les couches les plus pauvres de la population, des dispositions sont prises en vue de renforcer et de mieux cibler le dispositif de protection sociale.

«Le programme est ambitieux et comporte des risques, liés notamment au conflit qui sévit dans l’Est du pays. Je suis encouragée de voir que, dans l’ensemble, le cessez-le-feu conclu à Minsk le mois dernier a été respecté jusqu’à présent et j’espère que de nouvelles pertes en vies humaines seront évitées.

«Tous mes vœux de succès accompagnent les autorités au moment où elles s’engagent dans ce nouveau programme de réforme économique. En continuant à agir avec détermination, elles ont des chances relativement bonnes de réussir.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires