Zurich Insurance Group repart à l’offensive. Le quatrième assureur européen a annoncé, vendredi, l’acquisition de Rural Community Insurance Services (RCIS), un spécialiste de l’assurance agricole aux Etats-Unis, auprès de la banque américaine Wells Fargo.

Le montant de cette transaction, qui devrait être bouclée au premier trimestre 2016, pourrait atteindre jusqu’à 1,05 milliard de dollars (967 millions d’euros). Dans le détail, Zurich paiera 675 millions de dollars pour RCIS. S’y ajoutera le montant de l’excès de capital chez RCIS à la date de clôture de l’opération, dont la valeur est estimée à un maximum de 375 millions de dollars.

L’annonce de cette opération intervient trois mois après que Zurich a renoncé à déposer une offre de rachat à 5,6 milliards de livres (7,69 milliards d’euros) sur son concurrent britannique RSA. L’assureur suisse avait alors fait état de difficultés sur sa branche d’assurance-dommages l’obligeant à formuler un avertissement sur résultat. Cette situation avait finalement conduit au départ, le 1er décembre, de Martin Senn, son directeur général – pour lequel Zurich est actuellement à la recherche d’un remplaçant.

Avec les 675 millions de dollars déboursés pour RCIS, Zurich va utiliser une partie des 3 milliards de dollars de capitaux excédentaires qu’il veut redéployer d’ici à la fin 2016, en les retournant à ses actionnaires ou en procédant à des acquisitions.

Priorité stratégique

«  L’expansion de nos capacités en assurance des entreprises est une de nos priorités stratégiques », a déclaré Kristof Terryn, le patron de l’activité d’assurance-dommages du groupe helvétique. Zurich est déjà dans le Top 5 de l’assurance des entreprises aux Etats-Unis, avec 5 % de part de marché. En mettant la main sur le numéro deux américain de l’assurance récolte (2,1 milliards de dollars de primes brutes émises en 2014 et 19,1 % de part de marché), Zurich reprend un groupe qu’il connaît bien, puisqu’il fournit de la réassurance à RCIS depuis 2000. Cette opération va aussi lui permettre « d’augmenter la diversification de [ses] risques ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires