Petit à petit, Genève Place Financière perd de son brillant et tout le monde trouve ça normal.

Le quatrième mois de l’année vient de se terminer. Encore un bon mois à mettre dans le camp de ceux qui croient encore que les banques centrales peuvent sauver le monde. Cependant, la semaine qui vient de s’écouler aura donné une preuve supplémentaire, s’il en fallait encore, que les banques dites «suisses» rapatrient de plus en plus d’activités sur Zurich. A tel point qu’à moyen terme il faudra raisonnablement se demander si l’on ne devrait pas remplacer le terme «plus grande banque suisse» par «plus grande banque zurichoise».

Donc, la semaine dernière, UBS a annoncé sa «854e restructuration», sous la forme cette fois de la fermeture de son département Investment Banking à Genève. Dans son sillage, elle a notifié aux employés concernés que cette réorganisation entraînera la suppression de leurs postes. Mais que l’on se rassure, la plupart seront conservés… à Zurich toutefois. Ce qui est également une bonne nouvelle pour l’administration fiscale locale, puisqu’il n’y aura pas que les salariés qui partiront à Zurich, les recettes fiscales aussi. Ce n’est pas si grave, puisque, nous l’avons vu récemment, le canton de Genève ne s’est jamais aussi bien porté d’un point de vue financier et peut donc se permettre de donner un coup de main à Zurich.

Vous me direz que ce qui s’est passé chez UBS n’est pas nouveau. Sauf qu’avec cette fermeture par UBS de son département Investment Banking l’un des derniers bastions romands est tombé. Ces gens qui quittent les bords du Léman étaient parmi les derniers à offrir un service de ce type (ou presque). Dorénavant, les clients que l’on qualifie d’institutionnels (fonds de pension et autres banques) se contenteront d’un service directement depuis Zurich.

Ce qui est le plus triste, c’est que tout le monde trouve ça normal. Petit à petit, Genève Place Financière perd de son brillant et, dans quelques années, c’est les Zurichois, voire les Londoniens qui nous diront comment faire nos métiers de financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires